LA COLLECTE À TROIS VOIES, LA VOIE DE L’AVENIR…
POUR NOTRE ENVIRONNEMENT !

Qu’est-ce que la collecte à trois voies ?

Les deux voies traditionnelles sont la collecte régulière des ordures ménagères et la collecte sélective des matières recyclables. La troisième voie consiste à trier à la source et à récupérer les matières organiques, soit les feuilles mortes, le gazon et les résidus alimentaires. Sur le territoire de la Régie, depuis 2007, les matières organiques ne sont plus dirigées vers un site d’enfouissement, mais plutôt vers un site de compostage où elles sont transformées en compost.

Que veut dire « organiques » ?

Les matières organiques ou putrescibles sont des matières qui se décomposent, contrairement aux matières recyclables qui sont relativement inertes. Elles se regroupent en deux grandes familles : les résidus verts (feuilles mortes, gazon, résidus de jardinage, etc.) et les résidus alimentaires (fruits, légumes, restes de table, cartons et papiers souillés d’aliments, etc.).

Pourquoi un tel programme ?

Ce programme vise trois objectifs principaux :

  1. Atteindre les objectifs de la politique gouvernementale sur la gestion des matières résiduelles, lesquels visent à détourner de l’enfouissement plus de 60 % des matières organiques contenues précédemment dans nos résidus domestiques.
  2. De plus, nous pouvons ainsi réduire la production de biogaz explosifs, inflammables et malodorants qui sont générés lorsque ces matières se dégradent dans les sites d’enfouissement.
  1. Finalement, transformer cette matière organique en un amendement naturel qui pourra être utilisé pour l’enrichissement et la revitalisation des sols appauvris.

En 2001, chaque région du Québec (MRC) s’est vue dans l’obligation d’élaborer un plan de gestion des matières résiduelles. Ces plans de gestion ont pour but de permettre l’atteinte des objectifs gouvernementaux fixés dans la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles 1998-2008, c’est pourquoi ils doivent être mis en œuvre par les municipalités. Pour ses municipalités membres, la Régie intermunicipale d’Acton et des Maskoutains est responsable de la mise en œuvre de ce plan de gestion.

Où les matières organiques sont-elles traitées et par qui ?

Les 11 000 tonnes de matières organiques recueillies annuellement par la collecte à trois voies sur tout le territoire des 25 municipalités membres de la Régie sont acheminées à l’usine de biométhanisation de la Ville de Saint-Hyacinthe. Cette infrastructure est actuellement en cours de modification de ses équipements afin d’améliorer le procédé de traitement des matières.

Pour quelle raison doit-on participer au programme ?

Il s’agit d’une opération collective qui interpelle la participation de tous. À ce jour, des résultats positifs ont d’ailleurs été obtenus. En récupérant les résidus verts ainsi que ceux de cuisine et de jardin pour la valorisation, nous empruntons la voie de l’avenir pour la protection de notre environnement.

Quels sont les avantages de la collecte des matières organiques ?

  • Elle peut permettre de valoriser jusqu’à 40 % du traditionnel sac vert;
  • Elle permet de transformer des résidus susceptibles de produire des contaminants (des lixiviats susceptibles de contaminer la nappe phréatique ainsi que les cours d’eau et des biogaz qui ont une incidence sur l’effet de serre) en une matière ayant une valeur ajoutée pour l’environnement, qu’il s’agisse de compost (compostage) ou de digestat (biométhanisation);
  • À partir des matières organiques triées à la source par le citoyen, on peut produire un compost d’excellente qualité ou un digestat prisé comme ajout organique, notamment en valorisation agricole;
  • Le procédé de compostage, lorsqu’il est adéquatement effectué, produit 20 fois moins de gaz à effet de serre que l’enfouissement. Quant au digestat obtenu par procédé de biométhanisation, il est produit en environnement anaérobie, soit en milieu clos et en absence d’oxygène.