Collecte sélective des matières recyclables: Il faut continuer et garder le cap!

Saint-Hyacinthe, le 29 janvier 2018 – Les citoyens des municipalités membres de la Régie sont fiers de participer en grand nombre à la collecte sélective. Depuis quelques semaines, certains médias nationaux ont fait état des récentes exigences de la Chine à l’égard de l’importation des matières recyclables sur son territoire et du fait qu’un volume important de celles-ci, provenant notamment des collectes effectuées en territoire québécois, étaient maintenant refusées à cause du taux de contamination. Bien que ces propos soient fondés à l’égard de la qualité du tri effectué par certains centres de tri, il ne faut pas étendre cette problématique à tous les centres de tri québécois.

Nous faisons actuellement face à une situation problématique dont on doit se préoccuper mais qui n’a pas encore atteint le niveau de crise qui est actuellement véhiculé par certains médias nationaux. La très grande majorité des vingt-sept centres de tri du Québec parviennent à trouver des recycleurs ou des marchés pour disposer des matières recyclables qui leur sont acheminées. Depuis plusieurs années, les entreprises chinoises payaient un prix relativement élevé pour des ballots de matières recyclables qui présentaient un fort taux de contamination et conséquemment, plusieurs centres de tri s’étaient ajustés à ce marché. Les récents changements au niveau de la demande des matières recyclées forcent les centres de tri à revoir la qualité du tri qu’ils effectuent mais un grand nombre de ceux-ci avaient anticipé la problématique et amélioré leurs équipements, notamment par l’ajout de lecteurs optiques ou d’autres équipements robotisés.

Qu’en est-il des matières recyclables recueillies sur le territoire de la Régie? Est-ce que ça vaut encore la peine de placer ces matières dans le bac de recyclage? La réponse est définitivement oui et il ne faut surtout pas cesser de recycler.

Toute la matière recyclable recueillie sur le territoire des 25 municipalités membres de la Régie est acheminée au centre de tri Récupéraction Centre du Québec Inc. de Drummondville. Celui-ci n’a pas hésité, au cours des dernières années, à acquérir des équipements de pointe lui permettant de s’assurer d’une qualité de tri reconnue et appréciée des recycleurs. Tout le verre recueilli est dirigé vers un recycleur de la Mauricie et est notamment transformé en poussière de sablage au jet, en sable de filtration et en isolant de fibre de verre. En ce qui a trait aux divers plastiques recueillis sur le territoire, ceux-ci sont presque entièrement recyclés chez des recycleurs québécois qui ont continué de les recevoir et de les recycler localement. Finalement, en ce qui concerne le papier trié au centre de tri, la qualité des ballots de matière était déjà enviable mais afin de se démarquer davantage et de produire une matière encore plus uniforme et attrayante pour les recycleurs, le centre de tri a apporté des modifications à sa chaine de tri qui permettent de rencontrer les standards élevés des recycleurs. Finalement, en ce qui concerne le carton et les métaux récupérés, le marché est encore intéressant lorsque la qualité du tri est au rendez-vous.

En prenant un certain recul à l’égard de cette période de tumulte, on peut même en arriver à conclure que la situation problématique qui est actuellement vécue au niveau du recyclage est une opportunité qui favorisera une amélioration des méthodes de tri et qui devrait permettre de développer, au Québec, un standard encore plus élevé au chapitre du tri des matières recyclables et de la qualité des matières qui y seront triées.

Évidemment, chaque citoyen peut collaborer et faire une différence dans le contexte actuel. En effet, il est important de porter une attention spéciale afin de déposer les bonnes matières dans les bons bacs et de contribuer ainsi, à une meilleure qualité des matières issues de la collecte sélective sur le territoire de la Régie. Grâce à la collaboration de tous, il est facile d’améliorer la gestion de nos matières recyclables.

Source :           Réjean Pion, directeur général

450 774-2350